Interview de Monseigneur Dominique Rey

Téléchargez le dossier de presse (Interview Mgr Rey + Programme du congrès + Poster, le tout en format zip (cliquez ici)

 

1° question : Quel est le lien, selon vous, entre la miséricorde et l’Adoration ?

 

Mgr Dominique Rey : Aujourd’hui notre monde occidental hyper matérialiste vit dans une contradiction permanente et quasi schizophrénique. Oubliant ou même dénigrant ce qui est l’essence même de l’humain né de Dieu. De ce Dieu de miséricorde dont l’adoration est le plus formidable et le plus enthousiasmant des antidotes contre les maux du siècle.

 

Les entreprises cherchent avant tout le conditionnement de l’humain devenu consommateur. Elles ne vendent plus des produits alimentaires mais de la nutrition, des véhicules mais des espaces roulant de convivialité, des cosmétiques mais des solutions pour être mieux dans sa peau etc... Les politiques ont les yeux rivés sur les sondages et n’ont qu’une idée : faire plaisir à leurs électeurs. Nous passons notre temps à converser, échanger, partager nos émotions via les réseaux sociaux dans une pseudo solidarité. A tout moment on veut connaître notre opinion dans un semblant de démocratie. Nous sommes dans la civilisation du bien-être, du terrifiant concept de care qui devrait nous rendre heureux. Et pourtant jamais notre société française a été aussi morose voire déprimée. Le consumérisme galopant et le « fais ce que tu voudras » de mai 68 nous ont fait oublier que nous étions les fils d’un Père très aimant qui nous redis aujourd’hui : « rappelle-toi donc d’où tu es tombé, convertis-toi, reviens à ta conduite première » Apocalypse St Jean 1,5.

 

Comment par exemple, expliquer que de jeunes baptisés de 15/16 ans puissent se convertir à l’Islam radical pour à 18 ans partir faire le djihad et commettre des actes d’une atroce barbarie sinon par le vide spirituel généré par nos sociétés décadentes ? Comment ne pas voir que notre époque, soumise à la dictature conjointe de l’émotionnel et du relativisme (chacun pense comme il veut), a en fait perdu ses repères et le sens du vivre ensemble. En fait cette perte de sens est une perte de notre filiation à notre Père des cieux qui nous attend inlassablement pour nous faire miséricorde.

 

Après ce constat terrible, ma réponse est que le Père nous attend au lieu même de la miséricorde, l’ostensoir où trône Jésus qui a donné sa vie pour nous. Et que c’est dans l’Adoration que Jésus veut nous renouveler en restaurant notre filiation pour qu’avec lui, nous nous écrions à nouveau Abba (papa). C’est pourquoi Adoration et Miséricorde sont indissolublement liées : je reçois la miséricorde du Seigneur que j’adore, comme autrefois Marie Madeleine, pour la vivre et la porter au monde.

 

2° Question : Sainte Marie-Madeleine est la patronne du diocèse de Fréjus-Toulon ?

 

Marie-Madeleine est une sainte pour notre siècle. Contrairement à ce que l’on a souvent écrit, ce n’était pas une prostituée des bas quartiers de Jérusalem. Sinon comment aurait-elle pu être reçue chez un pharisien de la haute société ? C’était une femme cultivée qui avait hérité de ses parents de biens à Magdala. Femme libre et riche, Marie Madeleine était connue comme une pécheresse publique. Mais sa vie ne la rendait pas plus heureuse que ne le sont nos starlettes d’aujourd’hui. Prenant conscience de ce vide spirituel, elle vient voir Jésus pour être libérée de sept démons qui détruisent son existence. Elle s’agenouille devant lui avec un regard qui traduit la soif d’être aimée réellement et non plus pour sa seule beauté. Le regard incandescent d’amour de Jésus va la purifier et la renouveler entièrement : c’est l’acte d’Adoration le plus pur.

 

Le diocèse de Fréjus-Toulon est placé sous le patronage de sainte Marie-Madeleine. Selon la tradition et l’histoire, Marie-Madeleine termine les trente dernières années de sa vie terrestre dans une grotte à la Sainte-Baume. Elle reçoit le saint Viatique de Maximin et est enterrée dans le lieu qui deviendra Saint-Maximin-la-Sainte-Baume. Une basilique est érigée en son honneur. Dans ce haut lieu de pèlerinage connu comme le troisième tombeau de la chrétienté où tant de papes, de rois, de prélats, de princes, de politiques, de créateurs sont venus se recueillir, Marie-Madeleine intercède particulièrement, accordant des grâces de miséricorde et un renouvellement dans le zèle eucharistique et bien sûr évangélisateur.

 

La présence tangible et illuminante de Marie Madeleine sur le territoire du diocèse de Fréjus-Toulon fait d’elle une patronne naturelle à dimension universelle.

 

3° En pratique, comment va se dérouler ce congrès ?

 

Les « Missionnaires de la Sainte Eucharistie » ont invité des intervenants d’exception qui ont tous fait une rencontre bouleversante avec la Miséricorde divine. Des enseignements rythmeront les journées et les grands témoins animeront les veillées en partageant leurs expériences. Des temps prolongés d’adoration et une liturgie de haute tenue permettront à chacun de demeurer dans l’Amour du Christ... Le congrès se déroulera pendant les fêtes traditionnelles de Sainte Marie Madeleine. Les précieuses reliques de la Sainte seront portées en procession dans la ville de Saint-Maximin. La journée du 22 juillet se passera à la Sainte Baume avec un pèlerinage à la grotte sacrée de Marie-Madeleine.

 

Mgr Dominique Rey

 

Les congressistes devront se loger par leur propre moyen. Un service de restauration sera proposé. Toutes les informations sont disponibles sur le site www.adoratio2015.com

 

 

files/adoratio2015/affiche_low.jpg