LES MODES DE PRÉSENCE DU CHRIST A SON EGLISE

 

files/adoration eucharistique/comm.gif files/adoration eucharistique/coeur.jpg files/adoration eucharistique/charite.jpg
files/adoration eucharistique/bible.jpg files/adoration eucharistique/Eglise.jpg files/adoration eucharistique/magistere.jpg

files/adoration eucharistique/eucharistie.jpg

 

  1. Lorsque deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là au milieu d'eux. (Mt 25, 40)
  2. Tout ce qui vous ferez à l'un de ces petits, c’est à moi que vous l’avez fait. (Mt 18, 6)
  3. Vous êtes un temple de Dieu, l'Esprit de Dieu habite en vous ? (1 Co 3, 16) Le Christ habite en vos coeurs par la foi. (Eph 3, 17)
  4. Jésus, Verbe de Dieu incarné, la parole de Dieu.
  5. Recevez l'Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. (Jn 20, 23)
  6. Baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit...
  7. JE SUIS LE PAIN VIVANT DESCENDU DU CIEL (JN 6, 51)

 


Extrait de l'encyclique "Mysterium Fidei" de Paul VI:

 

Bien divers sont, nous le savons tous, les modes de présence du Christ à son Église. Il est utile de reprendre un peu plus largement cette vérité si belle que la Constitution sur la Sainte Liturgie a brièvement exposée. Le Christ est présent à son Église qui prie, étant Lui-même Celui qui “prie pour nous, qui prie en nous et qui est prié par nous : il prie pour nous comme notre Prêtre ; il prie en nous comme notre Chef ; il est prié par nous comme notre Dieu ” ; c'est lui-même qui a promis : “ Là où se trouveront réunis en mon nom deux ou trois, je m'y trouverai au milieu d'eux ”.

 

II est présent à son Église qui accomplit les œuvres de miséricorde, non seulement parce que, quand nous faisons un peu de bien à l'un de ses frères les plus humbles nous le faisons au Christ lui-même, mais aussi parce que c'est le Christ lui-même qui opère ces actions par le moyen de son Église, venant toujours au secours des hommes avec sa charité divine. Il est présent à l'Église qui dans son pèlerinage terrestre aspire au port de la vie éternelle, puisqu'Il habite en nos cœurs par la foi et qu'Il y répand la charité par l'action de l'Esprit Saint que lui-même nous a donné.

 

D'une autre façon, non moins véritable, Il est présent à son Église qui prêche, puisque l’Évangile qu'elle annonce est Parole de Dieu et que cette Parole est proclamée au nom et par l'autorité du Christ, Verbe de Dieu incarné, et avec son assistance, afin qu'il y ait “ un seul troupeau se confiant à un unique berger ”.

 

Il est présent à l’Église qui dirige et gouverne le Peuple de Dieu, puisque le pouvoir sacré découle du Christ, et que le Christ, “ Pasteur des Pasteurs ” assiste les Pasteurs qui exercent ce pouvoir, selon la promesse faite aux Apôtres.

 

De plus, et d'une manière plus sublime encore, le Christ est présent à son Église qui en son nom célèbre le Sacrifice de la Messe et administre les Sacrements. À propos de la présence du Christ dans l'offrande du Sacrifice de la Messe, laissez-Nous citer ce que saint Jean Chrysostome, transporté d'admiration, dit avec justesse et éloquence: “ Je veux ajouter une chose vraiment étonnante, mais ne soyez point surpris ni troublés. Qu'est-ce donc ? L'offrande est la même, qui que ce soit qui la présente, ou Paul ou Pierre; cette même offrande que le Christ confia aux disciples et que maintenant les prêtres accomplissent: celle-ci n'est pas inférieure à celle-là, parce qu'elle ne tient pas sa sainteté des hommes mais de Celui qui la fit sainte. Comme les paroles dites par Dieu sont celles-là même qu'à présent le prêtre prononce, ainsi l'oblation est la même ”.

 

Personne non plus n'ignore que les Sacrements sont action du Christ qui les administre par le moyen des hommes. Pour cette raison ils sont saints d'eux-mêmes, et par la vertu du Christ ils confèrent la grâce à l'âme en atteignant le corps.

 

On reste émerveillé devant ces divers modes de présence du Christ et on y trouve à contempler le mystère même de l’Église. Pourtant bien autre est le mode, vraiment sublime, selon lequel le Christ est présent á l’Église dans le Sacrement de l'Eucharistie. C'est pourquoi celui-ci est parmi tous les Sacrements “ le plus doux pour la dévotion, le plus beau pour l'intelligence, le plus saint pour ce qu'il renferme ” ; oui, il renferme le Christ lui-même et il est “ comme la perfection de la vie spirituelle et la fin à laquelle tendent tous les Sacrements ”. Cette présence, on la nomme “ réelle ”, non à titre exclusif, comme si les autres présences n'étaient pas “ réelles ” mais par excellence ou “ antonomase ”, parce qu'elle est substantielle, et que par elle le Christ, Homme-Dieu, se rend présent tout entier.