files/magistere/image002.jpg

Note explicative pour augmenter dans les diocèses

(paroisses, rectorats, chapelles, monastères, couvents, séminaires)

la pratique de l’adoration eucharistique continuée[1]

à l’intention de tous les prêtres et des vocations sacerdotales

 

Dans son Exhortation apostolique « Sacramentum Caritatis », notre Saint-Père le pape Benoît XVI a concrétisé le pérenne enseignement de l’Église sur le caractère central de l’adoration eucharistique dans la vie ecclésiale, à travers un appel concernant l’adoration perpétuelle, adressé à tous les pasteurs, évêques et prêtres, et au peuple de Dieu : « Avec l’assemblée synodale, je recommande donc vivement aux Pasteurs de l’Église et au peuple de Dieu la pratique de l’adoration eucharistique, qu’elle soit personnelle ou communautaire. (194) À ce propos, une catéchèse adaptée, dans laquelle on explique aux fidèles l’importance de cet acte de culte qui permet de vivre plus profondément et avec davantage de fruit la célébration liturgique elle-même, sera d’un grand profit. Ensuite, dans les limites du possible, surtout dans les zones les plus peuplées, il conviendra de choisir des églises ou des oratoires pour les réserver tout spécialement à l’adoration perpétuelle. En outre, je recommande que dans la formation catéchétique, en particulier dans les parcours de préparation à la Première Communion, les enfants soient conduits au sens et à la beauté du fait de se tenir en compagnie de Jésus, en cultivant la stupeur pour sa présence dans l’Eucharistie. » (Sacramentum Caritatis, n° 67)

Pour favoriser l’appel du Saint-Père, la Congrégation pour le Clergé, dans sa sollicitude envers les prêtres, propose que :

 

1.      chaque diocèse donne mandat à un prêtre de se consacrer à plein temps – dans la mesure du possible – au ministère spécifique de la promotion de l’adoration eucharistique et à la coordination dans le diocèse de cet important service. En se dévouant généreusement à un tel ministère, il aura lui-même la possibilité de vivre cette dimension particulière de vie liturgique, théologique, spirituelle et pastorale, si possible en un lieu spécialement réservé à cet effet, choisi par son évêque, et où les fidèles pourront bénéficier de l’adoration eucharistique perpétuelle. De même qu’il existe des sanctuaires mariaux, avec des recteurs préposés à un ministère particulier adapté aux exigences spécifiques, il pourra y avoir des sortes de « sanctuaires eucharistiques » avec des prêtres responsables, qui rayonnent et promeuvent l’amour spécial de l’Église pour la Très sainte Eucharistie, dignement célébrée et continuellement adorée. Un tel ministère, à l’intérieur du presbytérium, rappellera à tous les prêtres diocésains, comme l’a dit Benoît XVI, que « c’est précisément dans l’Eucharistie que réside le secret de leur sanctification (…) le prêtre doit être avant tout un adorateur et un contemplatif de l’Eucharistie » (Angélus du 18 septembre 2005) ;

 

2.      l’on détermine des lieux spécifiques à réserver à l’adoration eucharistique continuée. Dans ce but, les curés, recteurs et aumôniers sont encouragés à introduire dans leurs communautés la pratique de l’adoration eucharistique tant personnelle que communautaire, selon les possibilités de chacun et dans un effort collectif de développement de la vie de prière. On ne négligera pas d’impliquer dans cette pratique toutes les forces vives, à commencer par les enfants qui se préparent à la première communion ;

 

3.      les diocèses intéressés par un tel projet pourront rechercher des aides appropriées pour organiser l’adoration eucharistique continuée au séminaire, dans les paroisses, les rectorats, les oratoires, les sanctuaires, les monastères, les couvents. La Providence divine ne manquera pas de susciter des bienfaiteurs qui contribuent à la réalisation de ce projet de renouveau eucharistique des Églises particulières, comme par exemple à travers la construction ou l’adaptation d’un lieu de culte pour l’adoration, à l’intérieur d’un grand édifice de culte ; l’achat d’un ostensoir solennel ou d’un noble ornement liturgique ; la subvention de matériel liturgique, pastoral et spirituel destiné à l’adoration ;

 

4.      les initiatives destinées au clergé local, surtout celles qui sont relatives à sa formation permanente, devront toujours être imprégnées d’un climat eucharistique ; il sera justement favorisé par un temps notable consacré à l’adoration du Saint-Sacrement, de manière que celle-ci devienne, avec la messe, la force motrice de tout engagement individuel et communautaire ;

 

5.      les modalités de l’adoration eucharistique dans les différents lieux pourront être variées, selon les possibilités concrètes. Par exemple :

 

  • adoration eucharistique perpétuelle au cours des 24 heures ;
  • adoration eucharistique continuée, des premières heures du matin jusqu’au soir ;
  • adoration eucharistique de  … h à … h pour chaque jour ;
  • adoration eucharistique de  … h à … h pour un ou plusieurs jours par semaine ;
  • adoration eucharistique pour des circonstances particulières telles que fêtes ou anniversaires.

 

La Congrégation pour le Clergé exprime toute sa gratitude aux Ordinaires qui voudront bien être les animateurs d’un tel projet, qui ne manquera pas d’apporter un renouveau spirituel au clergé et au peuple de Dieu de leurs Églises particulières.

 

Afin de pouvoir suivre de près le développement de ce que désire le Saint-Père, les ordinaires intéressés par cette initiative sont priés de signaler au présent dicastère les développements de l’adoration eucharistique continuée, dans leurs diocèses, en précisant surtout quels prêtres et lieux ont été impliqués dans cet important apostolat eucharistique.

 

La Congrégation pour le Clergé ne manquera pas, là où c’est requis, d’apporter d’éventuels éclaircissements en la matière.

  

Du Vatican, le 8 décembre 2007

Solennité de l’Immaculée Conception de Marie



[1] Par « adoration eucharistique continuée » on entend non seulement l’adoration ininterrompue, 24 heures sur 24, mais aussi l’adoration continuée du matin au soir. Cette dernière, en effet, sera davantage à la portée des prêtres et des fidèles de petites communautés. Bien évidemment, là où le nombre des fidèles est plus élevé et où il y a une effective disponibilité, on pourra étudier la possibilité de parvenir à maintenir sans interruption l’exposition de l’Eucharistie.