CITATIONS DE SAINT MANUEL GONZALES, EVEQUE DES TABERNACLES ABANDONNÉS

 

« Je regardais Jésus à travers la porte de ce Tabernacle, si silencieux, si patient, si bon, me regardant lui aussi... Son regard me disait beaucoup et me demandait plus. C'était un regard où toute la tristesse de l'Evangile se reflétait. La tristesse du « il n’y a pas de place dans l'auberge » ; la tristesse de ces mots : « Voulez-vous aussi me quitter? » ; la tristesse du pauvre Lazare mendiant des miettes de la table du riche ; la tristesse de la trahison de Judas, du reniement de Pierre, de la gifle du soldat, du crachat dans le prétoire, de l'abandon de tous. Toute cette tristesse était là dans ce Tabernacle, opprimant et brisant le Cœur de Jésus, qui versait tant de larmes amères. Le regard de Jésus dans ce Tabernacle était un regard qui transperçait l'âme, un regard qu’on ne peut jamais oublier. J'essayais de ne pas pleurer, pour ne pas rendre Jésus encore plus triste. Son regard exprimait la douleur de Celui qui aime, mais qui ne trouve personne qui veut recevoir cet amour.

 

Pour moi, ce fut le point de départ de ce qui consumerait tout mon ministère sacerdotal. Comme j’étais devant le Tabernacle, je vis que mon sacerdoce consisterait en une œuvre dont je n'avais jamais pensé auparavant. Toutes mes illusions sur le genre de prêtre que je serai avait disparu en un instant. Je me suis trouvé être un prêtre dans une ville qui n'aimait pas Jésus, et je devrais l'aimer au nom de tout le monde. Je dédierai mon sacerdoce à prendre soin de Jésus dans les besoins de sa vie au Tabernacle: le nourrir de mon amour, le réconforter de ma présence, l'entretenir de mes conversations, le défendre contre l'abandon et l'ingratitude. Je voulais donner à son cœur le soulagement de mes saints sacrifices, le servir de mes pieds en l’apportant partout où il est attendu, le servir de mes mains en donnant des aumônes en son nom, même à ceux qui ne l'aiment pas, le servir de ma bouche en parlant de lui et en consolant les autres en son nom. Je voulais crier à ceux qui ne veulent pas l'entendre, jusqu'à ce que finalement ils l’écoutent et commencent à le suivre. Voilà comment je veux être prêtre ! »

 

« Je ne crois pas que notre religion puisse avoir un stimulant plus puissant pour la reconnaissance (gratitude), un principe d'amour plus efficace ou une motivation plus forte pour l’action que ce Tabernacle abandonné. Mais une foi qui médite et un cœur qui cherche profondément, découvrira dans ce Tabernacle le Cœur de Jésus, qui y reste tristement accompagné de toiles d'araignée. Il y séjourne jour et nuit, année après année, sans jamais quitter ce Tabernacle. Il continue d'envoyer son soleil le matin, son eau pour étancher notre soif, le pain pour nourrir nos âmes, ainsi que la force et la vie de tous ceux qui le traitent si mal. »

 

« Très souvent, j'entends des questions venant des cœurs de prêtres découragés : Que peut-on faire pour transformer ceux qui sont chrétiens simplement par tradition en chrétiens fervents ? Comment pouvons-nous leur faire redécouvrir la splendeur de la foi chrétienne ? pour qu’il vive une vie sainte et fructueuse… En un mot, comment pouvons-nous convertir ce monde qui après vingt siècles de christianisme est obstinément revenu au paganisme le plus corrompu et le plus dégradant ?

 

Ma réponse est la suivante : Aller au Tabernacle ! Prêtres, allez au pied du Tabernacle ! Puisons sa puissance du Tabernacle ! Personne ne va au Père que par son Fils, Jésus. Il est le Chemin, la Vérité et la Vie ! Nous ne parcourons pas ce Chemin, cette Vérité et Vie de Dieu uniquement par des études spéculatives et intellectuelles de Jésus, mais par la foi vivante en lui, par le contact constant avec lui dans son état présent sur la terre qui est son état sacramentel : la Présence Réelle.

 

Y a-t-il une piété désorientée, une froideur dans la charité, une absence de justice ? Cela signifie que l'Eucharistie est méconnue. Y a-t-il des erreurs, des ténèbres, des doutes, de l'ignorance ? Cela signifie que les gens ne sont pas guidés par la lumière du sanctuaire du Tabernacle. C'est la lumière la plus claire et la plus éclairante de toutes les lumières sur terre ! »